Vous êtes ici : Bien-être » Bien-être : et si vous optiez pour la lampe de luminothérapie ?

Bien-être : et si vous optiez pour la lampe de luminothérapie ?

Décidément, l’année 2020 restera dans les anales, et pas pour les bonnes raisons. Au-delà de l’impact sanitaire et économique dramatique de la pandémie du Covid-19, le confinement et la peur de contracter le virus ont conduit des millions de Français à rester chez eux dès le début du printemps. Conséquence inattendue : une énorme carence en exposition à la lumière naturelle, favorisant ainsi le développement des Troubles Affectifs Saisonniers (TAS) et aggravant les symptômes des personnes souffrant de dépression chronique.

Aujourd’hui, plus que jamais, la lampe de luminothérapie s’impose comme un allié santé au quotidien qui remet votre horloge interne à l’heure pour améliorer votre sommeil, réguler votre humeur et vous donner l’énergie nécessaire pour des journées productives… avec une exposition quotidienne de 30 minutes, au réveil. Voici comment choisir votre lampe de luminothérapie !

#1 Quelle puissance choisir ?

C’est le critère le plus simple, puisqu’il faut simplement veiller à acheter une lampe de luminothérapie développant 10 000 lux à une distance raisonnable, soit au moins 35 cm. Faites très attention à ce critère, car certains fabricants proposent des lampes de luminothérapie capables d’atteindre les 10 000 lux à condition que l’utilisateur soit à proximité immédiate de la source de lumière, soit 5 à 10 cm.

Cette configuration maximise les effets secondaires, avec des douleurs oculaires, des maux de tête récurrents et une fatigue immédiatement après la séance. Pour résumer : optez pour une lampe de luminothérapie capable de développer 10 000 lux (pour simuler au mieux la lumière du jour) mais à bonne distance.

#2 Les caractéristiques de l’ampoule

En règle générale, les lampes de luminothérapie des marques connues comme Philips et Beurer embarquent des ampoules capables de restituer une grande partie du spectre de la lumière du jour… ces ampoules sont malheureusement fixes et ne peuvent être changées, mais elles affichent une très longue durée de vie. Pour vous assurer que vous achetez la bonne lampe de luminothérapie, vous devez tout de même vous intéresser à deux caractéristiques de sa lampe :

  • La température des couleurs : cette variable est exprimée en degrés kelvin (°K). Elle est généralement désignée par une couleur sur les emballages (blanc, jaune, lumière du jour, etc.). Techniquement, il s’agit d’une classification des sources de lumière par comparaison à un matériau idéal émettant de la lumière par la chaleur uniquement. Pour qu’une ampoule simule efficacement la lumière du jour et impacte votre rythme circadien, elle doit développer une lumière avec une température comprise entre 5 500 et 6 000 K. Les fabricants notent généralement la température des couleurs comme suit : « D XX », avec « XX » correspondant au nombre de centaines de la température. « D 55 » désigne donc une ampoule qui émet à 5 500 °K ;
  • L’Indice de Rendu des Couleurs (IRC) : il s’agit d’une variable comprise entre 0 et 100 et qui mesure la capacité d’une source lumineuse à restituer les couleurs du soleil. Les meilleures ampoules de luminothérapie proposent un IRC supérieur à 70. Les modèles premiums dépassent même les 90. Ce critère est très bien expliqué sur ce comparatif de lampes de luminothérapie.

#3 Le mode de fonctionnement de la lampe de luminothérapie

Il s’agira à ce stade de vous intéresser à la configuration que prendront vos séances de luminothérapie. Premièrement, vous devez vous fier à votre « profil lumineux ». Si vous êtes facilement ébloui par la lumière du jour, vous allez devoir opter pour une lampe de luminothérapie disposant d’un diffuseur blanc ou opaque pour atténuer l’éblouissement, mais il y a un compromis : vous allez devoir vous rapprocher davantage de la lampe pour vos séances, mais vous ne craindrez pas les effets secondaires.

Si vous souhaitez vaquer à vos occupations pendant votre séance de luminothérapie (journal, mails, télévision, petit-déjeuner, exercice physique), préférez une lampe de luminothérapie avec un diffuseur d’au moins 14 pouces, avec un support réfléchissant.

Enfin, si vous voyagez beaucoup ou si vous comptez déplacer votre source lumineuse entre votre domicile et votre lieu de travail, optez pour une lampe de luminothérapie compacte disposant d’un support à roulette.

Catherine

Revenir en haut de page